Amazonie équatorienne… en un combat si juste

Le peuple Kich’wa de Sarayaku en Amazonie équatorienne est en  état d’alerte car deux de ses membres viennent d’être gravement blessés par un  groupe d’hommes armés commandités par les compagnies pétrolières qui ont tenté de pénétrer sur leur territoire au niveau de Chuyayaku, à environ 30 kms du village de Sarayaku..

Ceci fait suite à une série de menaces et d’actions de la part du gouvernement équatorien et des compagnies pétrolières (PetroEcuador et autres) tendant à déstabiliser le territoire de Sarayaku pour reprendre l’exploitation pétrolière dans le bloc 23 (terrain qui appartient de plein droit  à la communauté Kich’wa de Sarayaku).

Le peuple Kich’wa de Sarayaku qui vit en paix et en harmonie avec la forêt jusqu’ ici admirablement préservée s’oppose depuis 25 ans, et de manière pacifique, à l‘intrusion de pétroliers qui, par leurs exploitations, détruisent  faune et flore et établissent des camps générateurs de pollution physique et morale sans aucun bénéfice pour les populations locales.

Depuis peu, de nouvelles attaques physiques ont lieu contre la communauté et, beaucoup plus insidieusement, les pétroliers essaient de diviser la communauté Kich’wa en utilisant certains de ses membres qui ont été exclus de la communauté et qui ont travaillé quelques années pour la compagnie pétrolière CGC comme « relacionadors communautarios » et qui, usant de cette position de « médiateurs » ont trahi les intérêts des communautés.

Le peuple de Sarayaku est un peuple indigène Kich’wa de la forêt équatorienne, avec plus de 1000 habitants sur un territoire de 137 000 hectares, presque entièrement couvert par la forêt primaire. Les gens de Sarayaku  et leur cause sont connus au plan national et international de par la défense de leur territoire qu’ils mènent courageusement et de manière pacifique contre la menace des entreprises pétrolières.

Pour défendre la forêt et assurer un développement harmonieux, la communauté a développé un plan de maniement territorial qui gère l’utilisation des ressources naturelles par eux mêmes.

C

Les pétroliers ont compartimenté le territoire de Sarayaku en « blocs » afin de mieux en répertorier les ressources minérales et pétrolières.

Cette lutte a conduit au fait que la Commission et la Cour Interaméricaine de Droits de l’homme ont édicté des mesures officielles qui obligent l’État équatorien à protéger l’intégrité du territoire de Sarayaku.

Cependant la manne pétrolière de l’Amazonie suscite la convoitise des compagnies pétrolières locales, américaines et européennes qui font miroiter au gouvernement des gains appréciables. L’Equateur, pays pauvre économiquement, est très fragile devant ses intérêts colossaux.

Nous connaissons bien Sarayaku, la Communauté Kich’wa, notamment José Gualinga , ses frères et Don Sabino leur père et nous nous y rendons chaque année. Ce sont d’ardents défenseurs des valeurs locales et, en aucune façon, des activistes.

En conséquence :

  • Nous demandons au Président Correa, président de l’Equateur, issu des Communautés indiennes, qui est un humaniste et qui a étudié dans les Universités américaines, de continuer à être le défenseur des droits des communautés et de les laisser administrer leur territoire aux mieux de leurs intérêts.
  • Nous demandons aux Autorités locales et notamment au Gouverneur du Pastaza de faire appliquer la loi et de protéger la communauté de Sarayaku.
  • Nous demandons aux Dirigeants des Compagnies pétrolières que nous faisons vivre largement de se comporter en personnes responsables et de ne pas utiliser des méthodes de bandits contre des personnes pacifiques à qui appartient depuis des temps immémoriaux un territoire

 Enfin, nous demandons à vous tous, pour qui l’Equateur est un pays lointain, sans doute inconnu pour la plupart, d’avoir une pensée pour les habitants de Sarayaku et de faire partager cette information au plus grand nombre.

« Un si petit peuple ne peut sans doute pas changer le monde. Nous sommes certains cependant que dans le coeur de chacun d’entre nous, il existe un peuple semblable qui lutte et qui est le symbole de la puissance de la vie » José Gualinga.

Guy Lesoeurs

Pour plus de détails

Corinne Arnould

06 17 81 37 81

Paroles de Nature www.parolesdenature.org

Frontière de Vie www.frontieredevie.org

Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *